jeudi 19 mai 2016

Création 2016

"Comment calmer M. Bracke."

JPEG - 121.6 ko

Après 135 représentations de Métallos et dégraisseurs un peu partout en France, à la Réunion, en Belgique et en Suisse, Alexis LOUIS-LUCAS, Lise HOLIN, Jacques ARNOULD et Raphaël THIERY se lancent dans une nouvelle création. L’équipe poursuit son travail sur l’univers professionnel en collaboration avec Gérard Mordillat pour l’écriture et la mise en scène.

"M. Bracke a tout perdu en perdant sa place d’archiviste dans une multinationale : sa maison, sa famille, sa voiture, son identité, son gazon, sa carte de cantine... "

● La poursuite du travail sur le travail.

La ligne d’intérêt reste la même : les hommes dans le monde du travail. Chargés d’une nouvelle énergie que suscitent les tournées du spectacle "Métallos et dégraisseurs", les rencontres, les lectures et les films abordant le sujet, ils mûrissent leur projet. L’équipe est solide, ils contactent Gérard MORDILLAT.

● La rencontre avec Gérard Mordillat

C’est suite aux représentations données à la Maison des Métallos à Paris que la rencontre avec Gérard MORDILLAT a lieu. "Nous avions tous lu les ouvrages de Gérard, notamment Les vivants et les morts paru en 2005, et l’avions invité à venir nous voir. L’échange après la représentation a été enthousiaste, la discussion évidente : rendez-vous est pris."

● "Comment calmer M. Bracke."

Un court roman retient l’attention de tous : "Comment calmer M. Bracke" (2005). Ce qui arrive à M. Bracke est totalement absurde, il est cerné par une machinerie dont la mécanique va irrémédiablement l’entrainer dans les méandres complexes de la folie. Il subit la débilité d’un monde réglé comme un jeu de dominos. Une succession d’événements idiots vont le mener droit à l’hôpital psychiatrique.

C’est effarant de crétinerie, c’est effrayant de réalisme... On rit du malheur de ce pauvre et fou M. Bracke en pensant, fesses serrées, qu’on n’aimerait pas être à sa place. Et pourtant... Une fois de plus, comme pour Métallos et dégraisseurs, le fond est cynique : on en entend parler tous les jours dans les médias... C’est la réalité d’un monde qui ne sait plus donner sens au mot travail.

Le théâtre est là !

" Alors le Top a dit on va en saquer un. Alors le DG a répété on va en saquer un. Les managers ont applaudi, l’actionnaire coréen ne plaisante pas. Right, il faut dégraisser. Dégainer notre plan social. Il faut prendre les mesures qui s’imposent. Il faut en saquer un ! Alors ils ont saqué Bracke et ça a été le début de la fin... "

JPEG - 1.1 Mo


Agenda

<<

2016

 

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031